Navigation und Service

Zielgruppeneinstiege

Activités réalisées

Élaboration conjointe des contenus

Le premier atelier avec les partenaires africains a eu lieu au Burkina Faso. Il a réuni des experts de l'Institut Robert Koch et de l'Institut Médical des Missions, des médecins du Burkina Faso ainsi qu'un médecin du Sénégal. Ces deux journées de travail ont permis aux participants d'identifier et de hiérarchiser les objectifs d'apprentissage. La structure en modules définie à Ouagadougou est depuis opérationnelle. Les méthodes ainsi que certains détails varient en fonction des résultats des évaluations intermédiaires. Ces contenus doivent naturellement être mis à jour en cas de progrès scientifique.

La première formation EFFO a eu lieu fin 2014

À l'issue de sa préparation conceptuelle au sein de l'équipe internationale, le premier programme de formation pilote de trois jours s'est déroulé du 1er au 3 décembre 2014 au Centre Médical St Camille de Koupéla.

Les points forts et les points faibles du programme de formation se sont rapidement révélés : Un nombre élevé de participants pose problème notamment lors des exercices pratiques. Le groupe a dû être divisé. Toutefois, cette solution est à éviter car elle exige deux fois plus de formateurs. Lorsque la situation l'exige, en cas de coupure de courant par exemple, il est bon de pouvoir passer facilement d'un module d'apprentissage à un autre. Les exercices de révision et les modules d'apprentissage interactifs se prêtent parfaitement à ce type de situation.

Si les connaissances sur les mesures générales d'hygiène et sur les voies de transmission des maladies peuvent être révisées et assimilées de manière individuelle, ce n'est pas le cas de l'Équipement de Protection Individuel (EPI). Dans le cadre du projet EFFO, nous veillons à ce que le module EPI ne soit enseigné que par des formateurs ayant reçu une formation spéciale en la matière. Le concept a été développé à l'Institut Robert Koch et fait l'objet d'un processus continu d'optimisation. L'un des objectifs est que des personnes ayant déjà une expérience concrète avec des patients atteints de la fièvre Ebola soient systématiquement présentes lors des formations "Train the Trainer".

À l'issue de cette première formation à Koupéla, les formateurs ont évalué le déroulement de la session et pris des décisions concernant l'organisation des prochaines formations. Un groupe a effectué une formation dans la capitale Ouagadougou (CMA Paul VI), un autre à Bobo-Dioulasso (Centre Médical Farakan). Les expériences acquises ont permis d'établir une première liste de "bonnes pratiques" pour la réalisation des formations EFFO.

Depuis, l’équipe burkinabè a effectué de nombreuses sessions de formations dans des structures sanitaires publiques et non étatiques. Chaque formation a été évaluée par un pré- et posttest théorique. Ceci a révélé une augmentation des connaissances des participants dans toutes les questions. Particulièrement dans la phase initiale, les résultats du test ont influencé l’organisation des modules.

Matériel de formation au Burkina Faso

Le matériel de formation le plus coûteux du programme est la combinaison de protection. L'EFFO utilise du matériel qui sert également aux missions de Médecins sans frontières. En 2014, le marché n'a pas pu répondre à la forte demande et s'est retrouvé en rupture de stock. Naturellement, les équipements de protection ont été livrés en priorité aux pays directement touchés. C'est pourquoi, les combinaisons employées pour la formation sont des articles dont la date limite d'utilisation a expirée. La deuxième rupture de stock majeure a concerné les calots de protection. Pour permettre aux apprenants de pratiquer les gestes requis en situation réelle, un tailleur d'Ouagadougou a confectionné des calots en tissu. Les établissements de santé ont quant à eux reçu le matériel standard avec un peu de retard.

Entretemps l’équipe EFFO en Allemagne a développé de façon systématique ses propres critères importants pour le choix de l’équipement de protection.

Formateurs et formations au Burkina Faso

Jusqu'à présent, au Burkina Faso, tous les formateurs sont issus du milieu médical. C'est un plus pour certains modules mais ce n'est pas une obligation pour le programme. Certains formateurs ont déjà suivi une formation à Ebola dispensée par les pouvoirs publics et occupent des fonctions à responsabilité. Quatre formateurs ont participé à la phase pilote. Aujourd'hui, ils sont dix au total. Tous ont reçu une formation complémentaire au module EPI et ont suivi une formation de trois jours. Ce concept a été également expérimenté pour la première fois au Burkina Faso. Les partenaires au Burkina Faso décident, avec l'Institut Médical des Missions, où ont lieu les formations. Il s'agit de structures sanitaires de premier niveau ou d'hôpitaux de district et régionaux. Au Burkina Faso, une centaine de structures sanitaires au total ont bénéficié de la formation.

A la suite des formations, une partie des structures a reçu une supervision systématique entre autre au sujet de l’hygiène de base. La mise en place de dispositifs de lavage des mains par exemple s’est améliorée. Un exercice de simulation au Burkina a montré entre autre que dans la pratique le personnel de santé combine des éléments de différents concepts d’équipement de protection. Ceci pourrait être problématique dans certaines circonstances et devrait être thématisé explicitement durant les formations.

Date: 01.09.2017

Projet

  •  

Manuel

  •  

Bur­kina Faso

  •  

Sénégal

  •  

L'Institut Robert Koch est un Institut fédéral
relevant du Ministère fédéral de la Santé

© Institut Robert Koch

Tous droits réservés, sauf indication contraire explicite.